Impôts en ligne / E-Taxe

Capitale du Mali, Bamako est sans nul doute le centre économique et politique du pays. Ne disposant d’aucun plan de transformation numérique à l’heure actuelle, le District de Bamako a choisi de rejoindre le réseau ASToN pour entreprendre un travail visant la mise en place d’un système d’impôts électronique. Le projet ASToN englobe l’ensemble du district de Bamako, c’est à dire six communes. Le District de Bamako accomplit des tâches nécessitant de nombreux équipements et une coordination entre communes.
Grâce au développement d’une solution numérique, les retombées du projet en termes de hausse de la collecte d’impôts permettront à l’autorité d’investir davantage dans ses services publics ou ressources humaines sous-financés, et ainsi améliorer la qualité de vie des citoyens au quotidien.

Bamako en chiffres

  • Population : 3 007 122 habitants
  • Superficie : 267 km²
  • Densité de la population : 11 262/km²
  • Budget de l’autorité locale : 48 347 588 550 f cfa/ 73 813 112 Euro
  • Taux de pénétration du smartphone : 40 à 60 %
  • Taux d'accès à internet : 20 à 40 %
B. Yalcouye Hamadou , Coordinateur ASToN local, Bamako
« Une ville résiliente dotée des infrastructures de connexion fondamentales. »

Qu’entend la ville par « smart city » ?

Pour Bamako, une « smart city » (ville intelligente) est une ville résiliente et économe en ressources et en énergie, et qui offre à ses citoyens un bon accès aux services sociaux et techniques de base. En termes d’infrastructures, la ville doit disposer de données fiables et sécurisées, et être équipée d’une infrastructure de connexion.
En termes d’administration, une « smart city » est une ville qui dispose d’une vision claire en matière de transition numérique, et qui optimise la croissance de ses revenus grâce à des pratiques de collecte responsables et transparentes. Fait important pour la structure de gouvernance de Bamako, les décisions en matière de technologies « smart city » sont semi-connectées et font partie intégrante d’une ville semi-autonome et interconnectée.

Secteur d’intervention privilégié
pour ASToN

Impôts électroniques

Constations : le point de départ pour résoudre ces problèmes

Les constations suivantes constituent le point de départ pour Bamako dans son travail visant à adopter un système d’impôts électronique. Sur la base des recherches menées au cours de la phase 1, elles présentent les points forts et les défis interconnectés qui doivent être pris en compte.

Le domaine problématique est bien identifié et il promet des retombées pour l’autorité municipale

Le District de Bamako a identifié un problème très concret qui pourrait être résolu grâce à une solution technologique. Les récents partenariats visant à établir des systèmes numériques dans les points de vente sont de bon augure pour les futures initiatives de l’autorité municipale. Les retombées du projet en termes de hausse de la collecte d’impôts sont très nettes, et pourraient permettre à l’autorité d’investir davantage dans ses services publics ou ressources humaines sous-financés.

L’engagement des dirigeants et la disposition des citoyens ne transparaît pas dans les réalités du gouvernement local

Malgré un fort soutien politique de la part du maire, la réalisation des projets s’est avérée difficile, avec d’importantes lacunes générales en termes de disponibilité des ressources. Les communes se sont également montrées peu enthousiastes à l’idée de se mobiliser au service d’un projet numérique. Les citoyens, en revanche, sont plus que disposés et préparés pour utiliser des services numériques.

Les acteurs locaux doivent être intégrés et mobilisés autour d’une stratégie commune

De nombreux services gouvernementaux locaux ne disposent d’aucune connexion internet, et n’ont que très peu de matériel ou d’infrastructures numériques. Les services disposant d’un accès ne sont pas interconnectés et la fragmentation est marquée entre les communes et l’autorité du District. Le District ne dispose pas d’une stratégie et d’une vision claires en matière de transition numérique. Ce problème doit être résolu.

Les systèmes numériques au sein de l’autorité locale sont lacunaires

La mairie dispose d’un faible niveau d’équipements informatiques et de systèmes numériques internes. Ces lacunes sont partiellement comblées par la mise à disposition d’une connexion internet dans chaque bureau du conseil, et par le projet d’intranet local pour les autorités locales. Les ressources accessibles à l’autorité locale sont cependant très lacunaires et n’ont jamais fait l’objet d’un audit numérique. Les besoins en énergie pour le maintien des systèmes et infrastructures numériques des communes est également un sujet préoccupant.
L’ADR est bien placée pour diriger le projet
En tant que responsable des projets de développement à l’échelle régionale, l’ADR dispose d’une expertise technique solide et d’une expérience dans la formation de partenariats avec une large palette d’acteurs, notamment dans l’identification de nouvelles opportunités de financement.
Toutefois, c’est son premier projet spécifique au numérique et elle ne dispose pas encore d’un service informatique dédié.