À Nouakchott, capitale de la Mauritanie, l’absence d’un système d’adressage qui soit largement adopté par la population a un fort impact sur le fonctionnement quotidien et le développement de la Ville. Ce manque de compréhension commune de l’adresse a ainsi un fort impact sur les activités quotidiennes. Un adressage physique de la totalité des communes de Nouakchott a pourtant été réalisé en 2001, mais ce dernier a été confronté aux limites liées à l’apparition d’habitations illégales.

Pour les autorités locales, l’adressage peut permettre un nombre important d’opportunités et de bénéfices. Cela améliorerait la mobilisation des ressources financières locales, ainsi que la qualité des services urbains. En rejoignant le réseau ASToN, l’objectif de ce projet est de mettre en place un système d’adressage moderne, intégrant une nouvelle approche fondée sur l’utilisation des nouvelles technologies, avec l’implication de la population.

Nouakchott en chiffres

  • Population : 1 305 423
  • Superficie : 204,5 km2 (2017)
  • Densité de la population : 6 383/km2
  • Budget de la collectivité : environ 700 millions MRU = 17 millions d’euros
  • Taux de pénétration du smartphone : 60-80%
  • Taux d'accès à internet : 40-60%
Abdel Malick Fatimetou , Présidente de la Région de Nouakchott
« Une ville intelligente est celle qui utilise efficacement la technologie pour répondre aux besoins de ces citoyens. »

Que signifie le terme « ville intelligente » ?

La Présidente de la Région de Nouakchott a décrit comment elle voyait une ville intelligente pour Nouakchott.

Secteur d’intervention privilégié
pour ASToN

ADRESSAGE DE LA VILLE

Le thème choisi par Nouakchott est l’adressage de la ville.

Énoncé du problème

L’absence d’un système d’adressage qui soit largement adopté par la population a un fort impact sur le fonctionnement quotidien et le développement de la ville. Pour la population, les activités quotidiennes sont entravées par le fait que les gens n’ont pas une compréhension commune de l’adresse. En ce moment, les gens s’orientent en utilisant des points de repère majeurs et plus récemment avec le GPS.
Un adressage de la totalité des communes de Nouakchott a été réalisé en 2001. Il a procédé à l’adressage physique en utilisant la méthode dite « d’adressage métrique » faisant référence à la méthode de numérotation des portes correspondant au nombre de mètres depuis le début de la rue.
Lors de la mise en œuvre de cet adressage, des complications sont apparues comme les « gazras » (habitations informelles), qui ne peuvent être adressées puisqu’elles sont illégales, ou le nommage des rues qui traversent plusieurs communes.
Outre l’adressage physique, ce projet avait également un volet qui portait sur une enquête fiscale, un volet communication et un volet organisation qui a abouti à la création d’une « cellule d’adressage » au sein de la direction des ressources de la Région. Cette structure visait la maîtrise de la maintenance de l’adressage, la fourniture des données à la gestion fiscale et la collecte des informations nécessaires pour l’amélioration de la gestion municipale. De nos jours cette cellule a perdu de son efficacité et efficience et a adopté une organisation et des logiciels informatiques obsolètes. Il est alors indispensable de répertorier et revoir tous les procédés encore en place pour pouvoir assurer la pérennité du système d’adressage fiscal à Nouakchott.
Pour les autorités locales, l’adressage peut ouvrir un nombre important d’opportunités et des bénéfices. Cela améliorerait la mobilisation des ressources financières locales, aussi que la qualité des services urbains.
L’objectif de ce projet est de mettre en place un système d’adressage moderne, intégrant une nouvelle approche fondée sur l’utilisation des nouvelles technologies, avec l’implication de la population.

Constatations : le point de départ pour résoudre ces problèmes

Les constatations suivantes définissent le point de départ de Nouakchott en essayant de résoudre le problème d’adressage. Fondées sur les recherches menées au cours de la phase 1, elles expriment les forces et les faiblesses à prendre en compte, qui sont souvent liées entre elles.

Alors que la ville continue de croître à un rythme soutenu, le besoin d’un système d’adressage cohérent et exhaustif devient de plus en plus pressant

D’un point de vue démographique la ville est en perpétuelle croissance qui se corrobore avec un très important l’étalement urbain. Cela suppose que n’importe quel système d’adressage devrait prendre en considération pas seulement l’état des choses actuel mais aussi les besoins futures.

Les systèmes d’adresses existent déjà, mais ils sont incohérents et mal compris par le grand public

Les grandes entreprises de services publics, tels que les fournisseurs d’électricité ou telecom, utilisent déjà un système d’adressage propre. Les acteurs privés et les start-ups ont également développé des solutions d’adressage. La start-up Sedhini par exemple génère un code à 3 chiffres pour chaque habitation. Mais ces systèmes ne sont toujours pas largement adoptés.

L’adoption des adresses est limitée par la mentalité des citoyens autant que par les problèmes liés aux systèmes en place

La résistance à l’adoption est attribuée par certains à la résistance au changement des citoyens.
D’autres l’imputent à la complexité des systèmes d’adressage existants, qui sont constitués de longues séries de chiffres et de lettres. De plus, il y a eu peu de communication et d’actions coordonnées sur le sujet.

Trop peu de recherches ont été effectués pour comprendre le point de vue des citoyens

Il y a l’opportunité de faire des ateliers pour comprendre ce qui motiverait les citoyens à utiliser un système d’adressage et leur nécessité pour en utiliser un. Les autorités locales ont une certaine expérience de l’engagement du public à travers l’organisation d’ateliers mais elles bénéficieraient de plus d’outils pour impliquer les citoyens dans le développement d’une solution.

Les chefs de projet ont une bonne compréhension des forces et des besoins de l’autorité locale dans le projet

L’autorité locale a une grande vision de l’adressage qui amène plus de développement pour la ville.
Elle reconnaît aussi la nécessité de travailler avec d’autres personnes des secteurs public et privé afin de réaliser ces grandes ambitions.

Il y a une perception négative de la collaboration avec le gouvernement, ce qui pourrait présenter un risque pour le projet

Dans le secteur privé, l’impression dominante est que le gouvernement manque de compréhension de ce qui est nécessaire pour travailler avec eux et particulièrement avec les startups.