Propriété / Enregistrement foncier

Sèmè-Podji est une ville du département de l’Ouémé, au sud-est du Bénin. Cette dernière dispose actuellement d’un système d’enregistrement foncier sur papier qui ne couvre pas les six arrondissements. La ville fait donc face à un défi crucial concernant l’attribution de titres de propriété et l’administration des terres, car les propriétaires fonciers ne peuvent pas accéder facilement à leurs titres et les services publics n’ont pas accès aux données pour mener à bien leurs services.

En rejoignant le réseau ASToN, la municipalité cherche à résoudre le problème d’enregistrement foncier en raison de son incidence sur un large éventail d’activités : le système d’adressage, la perception des impôts, etc. Son amélioration garantirait également une meilleure qualité de vie aux citoyens et plus de transparence pour les élus et les activités publiques.

Sémé Podji en chiffres

  • Population : 400 000 (2020)
  • Superficie : 250 km²
  • Densité de la population : 1 600/km²
  • Budget de la collectivité : 5 milliards CFA
  • Taux de pénétration du smartphone : 60-80 %
  • Taux d'accès à internet : 40-60 %
Ahomadikpohou Landry , Coordinateur local ASToN, Sèmè-Podji
« Ce n’est pas qu’un projet phare. La mise en œuvre [de projets de ville intelligente] aura un impact sur de nombreux autres services. »

Que signifie le terme « ville intelligente » ?

Pour Sèmè-Podji, une ville intelligente est une ville où de meilleures conditions de vie sont offertes à la population par l’amélioration des services publics via leur dématérialisation. Une ville intelligente rapproche aussi l’administration de ses citoyens.

Secteur d’intervention privilégié
pour ASToN

ENREGISTREMENT FONCIER

Le thème choisi par Sèmè-Podji est Enregistrement foncier.

Énoncé du problème

Sèmè-Podji dispose actuellement d’un système d’enregistrement foncier sur papier qui ne couvre pas les six arrondissements. Un défi crucial dans la ville concerne donc l’attribution de titres de propriété et l’administration des terres, car les propriétaires fonciers ne peuvent pas accéder facilement à leurs titres et les services publics n’ont pas accès aux données pour mener à bien leurs services.
L’ancien système d’archivage des enregistrements fonciers bloque donc les progrès dans le développement de services publics susceptibles d’améliorer la qualité de vie des citoyens de Sèmè-Podji. L’enregistrement foncier est une priorité pour Sèmè-Podji, car la municipalité considère l’enregistrement des terres comme un catalyseur pour un large éventail d’activités (« le foncier touche à tout ») : le système d’adressage, la perception des impôts. Il garantirait une meilleure qualité de vie aux citoyens et plus de transparence pour les élus et les activités publiques.
Pour Sèmè-Podji, de données d’enregistrement foncier précises et récupérables dépend de la sécurisation des droits de propriété, la réduction des transactions frauduleuses, la garantie de prêts aux entreprises, le paiement des taxes bancaires et municipales ainsi que la contribution à la tranquillité des quartiers, car des conflits personnels surviennent souvent par rapport à la propriété foncière.

Constations : le point de départ pour résoudre ces problèmes

Les constations suivantes constituent le point de départ pour Sèmè-Podji dans son travail visant à résoudre le problème d’enregistrement foncier. Fondées sur les recherches menées au cours de la Phase 1, elles présentent les forces et défis interconnectés qui doivent être pris en compte. Sèmè-Podji n’a pas mené à bien de nombreux projets numériques et doit finaliser son plan
de transformation numérique Sèmè-Podji développe tout juste son approche de la transformation numérique qui a semble-t-il été dirigée vers le lancement de « Sèmè City » en 2021. La ville n’a jusqu’à maintenant mené à bien aucun projet significatif de transformation numérique.

Des questions se posent concernant les ressources financières disponibles de la mairie par rapport à l’accumulation de ressources dédiées au projet Sèmè City

Dans son ensemble, la ville reçoit de plus en plus d’investissements, en particulier grâce au projet Sèmè City. Cependant, le manque de ressources dont dispose la mairie est un problème en soi.

Bien que le maire fasse preuve d’une grande implication, la volonté des fonctionnaires de s’associer au projet est discutable

La maire de la ville est désireuse de forger de nouvelles relations et les cadres des autorités municipales font preuve d’une grande implication. Cela contraste avec les faibles compétences et le peu de volonté du personnel de la mairie à s’impliquer dans les projets numériques.

Les compétences et équipements numériques font défaut

La ville dispose de faibles aptitudes, compétences et équipements internes pour gérer des projets numériques. Les compétences et équipements externes sont aussi relativement faibles alors que les fondations numériques continuent d’être posées.

La ville a clairement défini la problématique à résoudre comme l’un de ses premiers projets numériques

Les autorités municipales disposent d’une problématique clairement définie et qui constitue un point de départ mûrement réfléchi, ayant le potentiel d’ouvrir des opportunités pour d’autres services numériques susceptibles d’être ajoutés à l’enregistrement foncier une fois qu’il sera terminé.